J’ai testé une demi-journée en silence … et en famille !

Lundi 30 mars 2020

Le confinement peut être source de bruits. Ça parle, ça rigole, ça râle, ça s’emporte … nous ne sommes pas habitués à vivre si proche les uns des autres sans loisir de pouvoir prendre de la distance quand cela nous chante. 

Je me suis livrée à l’expérience du silence en famille. La règle était simple et acceptée de tous, faire silence de 17H00 au lendemain matin 11H00 après une petite pratique de yoga en famille.

Chacun l’a vécu de façon différente, petit tour des témoignages :

Juliane : « Apaisant et légèrement frustrant. Cette demi-journée en silence était une belle expérience et l’occasion de réfléchir à l’importance réelle de ce que l’on a à se dire. Je me rends compte que plutôt que de demander à la volée « quelqu’un à vu mon livre ? », je peux regarder autour de moi. Plutôt que de crier « à table », on peut simplement frapper à la porte. Cela fait voir certaines choses autrement et créer une autre forme de proximité, plus basée sur les gestes ou les regards. Par contre aucun doute, c’est plus amusant de dîner en discutant ! »

« c’est plus amusant de dîner en discutant ! »

Séverine : « Habituée à vivre ces silences lors de retraites, j’étais contente de l’expérimenter en famille. Je trouve qu’avec le silence c’est comme si le temps s’apaisait. Cela permet de se recentrer sur son ressenti mais aussi prendre conscience des autres avec plus de douceur. Les regards, les sourires, le toucher. On reprend la parole avec plus de conscience et c’est amusant de tester cela ensemble »

 

Jérôme : « L’expérience d’un moment de silence c’est laisser la place aux expressions sensorielles. Echanger des regards. Laisser son visage exprimer sa joie ou ses interrogations. C’est aussi prendre conscience de l’expression des mouvements du corps et des gestes. C’est exprimer son ressenti par le toucher. S’enlacer et se caresser. Exprimer l’essentiel. »

 

Roméo : « J’appréhendais ce moment et ne l’attendais pas réellement avec impatience car je n’en voyais pas forcement l’utilité.  Cependant j’ai trouvé cela reposant et agréable, il n’est pas très compliqué de garder le silence et cela nous a permis de revenir aux bases pour une soirée ».

 


Trois conseils pour essayer à la maison :

 

  1. Se mettre d’accord sur le moment et la durée idéale pour tenter l’expérience (en fonction du travail, des envies et du programme de chacun).
  2. Se mettre d’accord sur ce que signifie « en silence » pour chacun : est-ce que l’on peut communiquer avec des gestes, des bruits de bouches, des regards…
  3. Proposer à chaque personne de la famille d’écrire (ou de dessiner pour les plus petits) son ressenti à la fin de la journée, pour soi ou pour le partager ensemble.

 

Séverine