Éloge de l’abandon

Vendredi 10 avril 2020

Nous voilà dans notre 4ème semaine de confinement. Après les 1ers jours à trouver ses marques, traiter la liste des choses à faire, achever les tâches laissées en jachère depuis trop longtemps … le temps se présente différemment avec ses hauts et ses bas face à une situation sur laquelle nous n’avons aucune prise.⁠

Un passage du « Petit traité de l’abandon » d’ Alexandre Jollien, m’a particulièrement touché en le relisant hier, « La véritable expérience réside dans l’héroïsme du quotidien, de la banalité, se lever le matin et être émerveillé d’un rayon de soleil que l’on voit tous les jours … l’héroïsme c’est cela, c’est goûter à fond le réel ».⁠

Sans m’attarder sur le terme héroïque, que j’offrirais aujourd’hui plus volontiers à tous ceux qui agissent en affrontant le virus, cette « sagesse » m’a touchée et poussée dans ma réflexion.⁠

Ne suis-je pas trop souvent tournée vers l’extérieur pour trouver mon bonheur ? Ne suis-je pas trop souvent poussée par une obligation de résultat ? Toujours faire plutôt qu’être ?⁠

Et si cette période était un cadeau mal emballé, pour nous apprendre à oser lâcher cette obligation de résultats, cette quête de réponses, pour nous offrir un temps d’introspection. Un arrêt dans le temps pour nous montrer que la véritable ressource est en nous.⁠

Merci encore du fond du cœur, pour tous vos témoignages remplis de bienveillances !⁠

Séverine ⁠